Aller au contenu principal
Accords de Fêtes !

Accords de Fêtes !

Que boire avec les huîtres, le saumon fumé ou le chapon ? La traditionnelle table de Noël est la scène d’heureux mariages mets-vins, parfois très audacieux

Quel(s) vin(s) pour arroser le repas de Noël ? Tout est possible ou presque, choisir un vin différent pour chaque plat, opter pour la solution plus acrobatique d’une seule couleur pour tout le dîner, etc. De l’entrée au dessert, voici quelques suggestions d’accords mets-vins, bien connues ou plus originales. 

Accords de Fêtes !

Entrée

Nombreuses sont les familles qui fêtent Noël avec du foie gras ! Et qui dit foie gras dit sauternes. L’accord fonctionne très bien mais l’association gras du foie et sucres du vin peut s’avérer un rien fatigante pour le palais. L’une des alternatives pour remplacer le blanc liquoreux : un rouge relativement puissant aux tannins bien fondus, pourquoi pas un cahors.

Huîtres-muscadet, le couple dure ! Et aujourd’hui, avec les progrès spectaculaires effectués dans le vignoble nantais, il est même de plus en plus chic et harmonieux. Envie d’aventure peut-être ? Osons un rouge sur des huîtres, mais pas n’importe quel rouge : une cuvée issue du cépage pinot d’Aunis, un coteaux-du-Loir en l’occurrence, à la robe claire et aux notes poivrées. Autre mariage étonnant : le saumon fumé, qui « appelle » naturellement un vin blanc sec comme un chenin de Loire ou un chablis, trouve aussi de profondes connivences avec des whiskies écossais aux arômes tourbés, fumés et à la bouche assez vive.

Plat

Chapon, dinde, poularde, les volailles sont bien sûr les vedettes des repas de fête. Pour les flatter, déboucher des vins ni trop légers ni trop puissants. L’idéal ? Un beau pinot noir de Bourgogne qui, en plus de son équilibre, apportera toute sa finesse et son élégance. Pour le gibier, surtout le gibier à poils, préférer des cuvées un peu plus corsées et apaisées par quelques années de garde. Pomerol, Châteauneuf-du-Pape, corbières, le champ des possibles est étendu.

Aux recettes terriennes, les coquilles Saint-Jacques sont une épatante alternative marine : rôties et escortées par exemple d’une purée de panais, elles trouvent notamment un compagnon idéal avec le savennières, superbe blanc d’Anjou.

Dessert

Misons sur la bûche au chocolat noir, l’un des grands classiques de Noël. Pour dompter l’intensité du cacao, les spécialistes convoquent souvent les grands vins rouges doux comme le maury, le banyuls, le rivesaltes, le rasteau ou le porto. Pour un petit effet de surprise et un accord moins « sucre + sucre », ne pas hésiter à s’orienter vers un vin rouge sec et assez puissant, aux tannins affirmés et aux arômes de cacao, comme un bandol, un cairanne ou un madiran.  

Bulles

Et le champagne alors ? Parfait à l’apéro, il peut aussi s’apprécier durant tout le repas. A condition de le sélectionner avec justesse – blanc de blancs ou blanc de noirs, vif ou plus vineux -, il est à l’aise sur les fruits de mer, poissons, viandes blanches et certains fromages, mais moins sur les desserts au chocolat. Bref, ne surtout pas attendre la fin du dîner pour le sabrer !

Télécharger l'application